Gianni Schicchi Une perle lyrique" />
;

Gianni Schicchi - Puccini

@Simon Gosselin
;

Gianni Schicchi - Puccini

@Simon Gosselin
;

Gianni Schicchi - Puccini

@Simon Gosselin
;

Gianni Schicchi - Puccini

@Simon Gosselin

Gianni Schicchi Une perle lyrique

La semaine prochaine au Théâtre de Cornouaille

Le premier coup avait été un coup de maître. Avec Les Noces de Figaro de Mozart, la Co[opéra]tive avait déjà trouvé et ravi son public. En choisissant « le tube » de l’opéra pour sa première création, ce collectif fondé il y a trois ans par quatre scènes nationales (Besançon, Compiègne, Quimper et Dunkerque avec le Bateau-Feu) et dédié à la production lyrique, avait vu juste. Il récidive avec une deuxième création savoureuse.

Farce macabre
Gianni Schicchi, opéra de Giacomo Puccini de 1918, est un bijou d’une heure et quinze minutes. Le spectateur plonge dès les premiers instants dans cette farce macabre inspirée de la Divine Comédie de Dante, dans laquelle douze protagonistes portent une partition de haute volée, soutenue par un unique piano sur scène. Mais quel piano !

« Schicchi se joue de la bêtise humaine. La galerie de portraits est délicieuse : mélange de clan mafieux et de Famille Adams ! »

L’histoire est celle de Gianni Schicchi, personnage rusé et habile de l’Italie du XIIIe siècle. Nous sommes à Florence et le riche Buoso Donati vient de mourir. Lorgnant sur l’héritage, sa famille découvre horrifiée que l’aïeul a tout légué à un couvent. Schicchi (prononcez « ski-ki »), homme providentiel en costume zébré, propose de se faire passer pour le défunt, dont le décès n’a pas été rendu public et sous l’apparence du mourant, dicte un nouveau testament au notaire…

Puccini atteint une efficacité comique sans précédent : le personnage de Schicchi, sorte d’Arlequin, de Scapin, voire d’Arsène Lupin, se joue de la bêtise humaine avec habileté. La galerie de portraits est délicieuse, mélange de clan mafieux et de Famille Adams !

La mise en scène, confiée à Benoît Lambert, le directeur du théâtre de Dijon Bourgogne, emprunte en finesse à l’univers de Tim Burton, tout en conservant les codes séculaires de la comedia dell’arte. Mais c’est bien à un opéra que l’on assiste : les solistes révèlent leur talent et celui de Puccini, que les mélomanes connaissent souvent plus pour ses œuvres « qui font pleurer », comme Madame Butterfly ou La Bohème. Un seul conseil : foncez.

La Voix du Nord | 6 mars 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte