;

halka

Le Groupe acrobatique de Tanger virevolte à la Biennale de danse

A découvrir à Quimper en janvier prochain

A l'occasion de la 17e Biennale de la danse à Lyon, le Groupe acrobatique de Tanger présente en 1ère mondiale sa nouvelle création : "Halka". Les douze acrobates rendent hommage à cet art ancestral marocain, transforment la scène du Théâtre des Célestins en piste de cirque, en désert ou en pyramide ascensionnelle.

Ils arrivent tout droit du Maroc avec leur joie, leur musique et leur envie d'escalader des sommets, les 14 artistes du Groupe Acrobatique de Tanger ont choisi la Biennale de la danse de Lyon pour présenter "Halka" leur nouvelle création. Sur scène, les 12 acrobates (10 hommes et deux femmes) accompagnés de deux musiciens enchaînent des tableaux qui mêlent poésie, humour et mélancolie.

"Le spectacle s’intitule Halka, terme arabe qui désigne un spectacle festif en forme de cercle sur la place publique", explique Sanae El Kamouni, directrice artistique du groupe. Une consécration pour cet art ancestral marocain dont une nouvelle génération d'artistes tente d'enrayer la disparition.

Prouesse et jeu
Après avoir travaillé avec Aurélien Bory, Zimmermann et de Perrot, le Groupe Acrobatique de Tanger poursuit sa collaboration avec l'univers du cirque contemporain. Pour cette quatrième création, ils ont fait appel à l’un des fondateurs de la Compagnie XY. Haute-Voltige, figures circulaires, ce sont surtout les pyramides ascensionnelles qui subjuguent le spectateur. Car il y a toujours quelque chose d'époustouflant à voir ces corps s'escalader. Les pyramides se forment en l'espace de quelques secondes, un petit bout de femme grimpe au sommet de trois acrobates, un homme en supporte jusqu'à six autres sur ses épaules et tout tient comme par magie. La vitesse d'exécution et la légèreté des bonds laissent le spectateur bouche-bée. Taquins et joueurs, les acrobates jouent tour à tour un rôle. Comme un jeu de pouvoir, le plateau devient lui une place publique où chacun des protagonistes cherche à atteindre le sommet de la hiérarchie. Ici une femme défie un homme, là le chant du muezzin appelle les fidèles. Mais finalement rien n'est vraiment sérieux et les personnages ont surtout envie de s'amuser.

Halka
à découvrir pendant le festival Circonova les 21 et 22 janvier 2017 au Théâtre de Cornouaille

Culture Box | 16.09.2016
en savoir plus
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte