Metropolis by Actuel Remix /// #2: "Hell"

Ciné-concert.
Metropolis

Interview
sur l'électro d'Actuel Remix

Lors d'un ciné-concert, programmé le 20 mai dans le cadre du festival Sonik, le duo Actuel Remix revisitera « en live » la version intégrale du film « Metropolis ». Entretien avec un des musiciens, Xavier Garcia.

Mélanger la musique d'artistes de la scène électro avec celle de compositeurs contemporains, est-ce votre marque de fabrique ?

Ce sont deux mondes qui paraissaient étanches et qu'on connaît bien par goût. Guy Villerd a été sensible à un moment de sa vie à cette musique qu'écoutent les jeunes et qui génère quelque chose de très joyeux, très festif. Il est de bon ton dans les milieux du jazz ou de la musique contemporaine de détester cette musique-là. C'est lui qui m'y a intéressé, alors que je viens plus de la musique électro-acoustique, donc plutôt contemporaine. Cela fait 30 ans qu'on travaille ensemble dans le cadre de l'Arfi et on a monté pas mal de groupes ensemble. Ce nouveau concept était basé sur l'idée de mélanger ces musiques en les remixant et en les recomposant.

Pourquoi avoir commencé par travailler sur la combinaison des musiques de Richie Hawtin et du compositeur Iannis Xenakis ?

C'est relativement logique en ce qui concerne Richie Hawtin parce que c'est un compositeur dit de techno minimale, où il y a extrêmement peu de sons. Il va faire évoluer un son très lentement. Il en parle très bien lui-même. Il dit que c'est souvent en enlevant des choses, en gommant qu'il a créé son style. Du coup, cela fonctionne un peu comme dans les musiques répétitives où moins on parle et plus on se fait entendre. L'avantage, pour nous, c'est que cela laisse de l'espace. Pour Xenakis, on utilise des échantillons, des samples, de façon à pouvoir rentrer à l'intérieur du moteur rythmique de Hawtin.

L'idée d'y associer les images du film Metropolis est arrivée de quelle façon ?

À l'occasion de la sortie du nouveau Metropolis, de l'intégrale avec les 35 minutes de scènes coupées qui ont été retrouvées à Buenos Aires, on s'est dit que c'était vraiment l'opportunité de le refaire. On n'est pas les seuls à avoir fait de la musique sur « Metropolis » mais cette version de deux heures trente nous intéressait. C'est vraiment un voyage musical dans la durée. Il y a un côté transe, un côté initiatique. On ne sort pas indemne et on vit une vraie expérience. C'est très composé, d'une séance à une autre, on joue la même chose. On interprète une partition qui est la nôtre.

Comment est perçu ce mariage entre les images du chef-d'oeuvre de Fritz Lang et votre musique ?

La musique électro donne un sacré coup de jeune au film, c'est comme si on l'éclairait avec une lampe particulière. Les gens voient réellement la modernité du film, qui est probablement un des premiers films d'anticipation et parle de la lutte des classes au futur.

Pratique
Ciné-concert « Metropolis » de Fritz Lang avec Actuel Remix, vendredi 20 mai, à 20 h, au Théâtre de Cornouaille.
Tarifs : de 10 à 16 €.

Conférence par le critique de cinéma Marcos Uzal, lundi 2 mai, à 18 h, au Théâtre de Cornouaille.
Gratuit. Réservations au 02.98.55.98.55.

Le Télégramme | 30.04.2016 Delphine Tanguy

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte