;

Richard III - Thomas Jolly

@R. Bendayan

Thomas Jolly crée Richard III

France 3

Il fallait un jeune homme de 33 aujourd'hui pour rendre Shakespeare aussi palpitant que "Game of Thrones": Thomas Jolly crée vendredi au Théâtre National de Bretagne (TNB) à Rennes "Richard III", épilogue de son "Henry VI" marathon, donné en 18 heures au festival d'Avignon.




Lorsque le rideau tombe en juillet 2014 sur "Henry VI", le public trépigne et réclame la suite, comme dans une série télévisée. Un an et demi plus tard, voici donc "Richard III", "l'épilogue crépusculaire" de la saga, dont la tournée fera étape au Théâtre de L'Odéon du 6 janvier au 14 février.
En quelques années, le jeune homme malicieux s'est imposé comme un des metteurs en scène les plus inventifs de la jeune génération, artisan d'un théâtre de troupe, populaire et enthousiaste. Et tout cela de la manière la plus "traditionnelle" qui soit: "un théâtre avec des chaises pour faire les chevaux, et où on se bat avec des rubans!" sourit-il.

Un passionné déterminé

Ce théâtre généreux est toujours à l'oeuvre dans "Richard III" mais "le coté solaire, le sourire qui traversait Henry VI a cédé la place au chaos", dit-il. Des lumières robots menaçantes tournent autour des comédiens et tracent des faisceaux laser comme dans Star Wars: "c'est la gorge de la mort".
Pour jouer le sulfureux Richard, Thomas Jolly devra être un brin schizophréne: lui-même est un vif-argent, un jeune homme mince et agile qui rit de son costume ajusté "comme un habit de toréador!" C'est aussi un passionné qui sait déplacer les montagnes: il a fallu une sacrée détermination pour faire financer par une douzaine de théâtres publics un projet insensé en 18 heures, en période de disette budgétaire. "Ma croyance dans le théâtre me donne des ailes", dit-il, "je crois que le théâtre est nécessaire, utile, urgent dans les temps que nous traversons".

en savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte