< > < >

La Petite messe solennelle

©Laurent Guizard

La Petite messe solennelle

©Laurent Guizard

La Petite messe solennelle

©Laurent Guizard

La Petite messe solennelle - Vincent Léandri en parle

Représentation - Opéra
18 Fév.
20:00 - 21:30
Annulé

La Petite messe solennelle

Rossini / Jos Houben - Emily Wilson / Gildas Pungier

Présentation

- - - - 
 À VOS AGENDAS 
Diffusion du spectacle live depuis le Théâtre de Cornouaille

jeudi 18 février 2021 à 20h45
Diffusion à suivre sur TEBEO, TEBESUD, TVR
sur les sites internet www.tebeo.bzhwww.tebesud.bzhwww.tvr.bzh
et sur les pages facebook des mêmes chaînes télés, celle du Théâtre de Cornouaille, de l’Opéra de Rennes et des pages facebook des salles de spectacles de la Co(opééra)tive et des lieux de tournée de ce spectacle.
- - - - -


Quand la musique sacrée flirte avec le burlesque. Suivant la suggestion du facétieux Rossini, Jos Houben et Emily Wilson s’aventurent, avec dix-sept chanteurs, choristes, comédiens et instrumentistes, sur le territoire du sacré pour en exalter joyeusement le rituel.


L’ultime chef-d’oeuvre de Rossini est considéré parmi les plus novateurs de la musique sacrée. Si cette musique respecte tous les codes de l’oeuvre religieuse, elle porte cependant un sens de la dérision, en un subtil équilibre entre le sérieux et le sourire. Pour donner une forme théâtrale et musicale aux textes liturgiques, Jos Houben et Emily Wilson, experts en humour scénique, ont imaginé un foisonnement d’images insolites, un univers de l’absurde quotidien, quelque part entre Jacques Tati, Charlot et les Deschiens. Dans le décor d’un gymnase aux allures de vieille brocante, des personnages déambulent, agents d’entretien, basketteurs, musiciens, vendeurs et acheteurs se croisent en provoquant des situations incongrues.
Au son d’un accordéon et d’un piano, les artistes du choeur de chambre Mélisme(s), dirigés avec humour par le chef Gildas Pungier, donnent une ampleur théâtrale à la partition bouleversante de Rossini. L’harmonie des voix dessine un espace insolite où sacré et comique s’entremêlent.

Cet opéra est la cinquième création de la co[opéra]tive, à laquelle est associé le Théâtre de Cornouaille

 
Le pari de démultiplier la grâce par le burlesque est gagné. Un joyau pur. TOUTE LA CULTURE

Distribution/Production

Mise en scène Jos Houben et Emily Wilson

Chœur de chambre Mélisme(s) Direction Gildas Pungier
Mezzos Sylvie Becdelièvre, Stéphanie Oller, Anne Ollivier Ténors Marlon Soufflet, Etienne Garreau Basses Jean Ballereau, Julien Reynaud
Sopranos solo Estelle Béréau et Violaine Le Chenadec Alto solo Blandine de Sansal Ténor solo Sahy Ratia Basse solo Ronan Airault

Piano Colette Diard Accordéon Élodie Soulard
Une comédienne et deux comédiens Nathalie Baunaure, Jofre Caraben, Marc Frémond

Décors et costumes Oria Puppo Assistante aux décors Clémentine Tonnelier Lumières Christophe Schaeffer Régie générale Marie Bonnier Décors et costumes fabriqués dans les ateliers de l’Opéra de Rennes

Production La co[opéra]tive
Théâtre de Cornouaille, scène nationale de Quimper - centre de création musicale / Le Bateau Feu, scène nationale Dunkerque / Les 2 Scènes, scène nationale de Besançon / Théâtre Impérial de Compiègne / Opéra de Rennes
Coproduction Angers Nantes Opéra

Presse

Le pari de démultiplier la grâce par le burlesque est gagné. Un joyau pur.
Rossini avait 71 ans et arrêté sa carrière de compositeur d’opéras depuis plusieurs décennies, depuis l’âge de 37 ans, lorsqu’il composa ce qu’il qualifia lui‐même de « dernier péché de ma vieillesse », cette Petite messe solennelle aux accents presque populaires. « Peu de science, un peu de coeur, tout est là » aimait‐il à dire à propos de cet ouvrage dans lequel on perçoit justement une vraie tendresse, une piété qui semble si sincère tout comme des effets presque burlesques.
C’est cette ambivalence des émotions qu’elle suscite qui a incité Gildas Pungier, grand amoureux et spécialiste de cette messe, à y adjoindre une mise en scène. Jos Houben et Emily Wilson ont relevé ce défi, soulignant toute la poésie et l’humanité de l’oeuvre, à travers une série de tableaux mimés invitant à sourire comme à pleurer, entre l’univers de Tati, des Deschiens ou de Chaplin.
Plongé profondément dans la musique de Rossini merveilleusement interprétée, l’on suit une humanité soumise à un destin et qui le vit et qui le chante avec intensité. Ce groupe parfaitement dirigé, qui danse, bouge, change d’époque en se déguisant, porte un mannequin pour dessiner une Pieta et répond à son chef, voire le défie de prendre le pouvoir. Mais le mouvement souvent drôle de la foule n’empêche pas le Kyrie, le Credo ou l’Agnus dei d’être poignants. Avec un choeur puissant (choeur Melismes), des voix d’une immense qualité (Estelle Béreau, Ronan Airault…), une lumière époustouflante qui descend comme un crépuscule pour transformer la messe en Requiem.
TOUTE LA CULTURE

Les douze chanteurs, admirables d’engagement et de musicalité.
ÔLYRIX

Les personnages fantasques démbulant dans un burlesque à la Tati sont en fait le choeur, les chanteurs et le chef, ce qui permet à Jos Houben et Emily Wilson de créer une succession de tableaux touchants d'où monte une émotion progressive rejoignant la si particulière ferveur sensuelle de Rossini. Les voix solistes, le Choeur Mélisme(s) et son chef Gildas Pungier, instigateur du projet, sont tous d'une justesse impressionnante, impeccablement accompagnés au piano et à l'accordéon.
CLASSICA
1h30
  • Saison 20-21
TARIFS
PASS
Jeu
18.
02
20:00
18/26
10/17
Annulé
Spectacle chanté en latin

Vincent Léandri en parle

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte