< > < >

Macbeth | Brett Bailey

Macbeth

©Nicky Newman

Macbeth

©Nicky Newman

Macbeth

©Nicky Newman
Représentation - Opéra
04 Oct.
20:00 - 21:30
05 Oct.
20:00 - 21:30

Macbeth

Shakespeare / Verdi / Brett Bailey

Présentation

Brett Bailey, incontournable metteur en scène et dramaturge sud-africain, s’empare de l’opéra Macbeth de Verdi et nous en offre une version pour dix chanteurs et douze musiciens, à l’ironie féroce. Resserrant l’action autour du couple infernal shakespearien, il donne à l’oeuvre, replacée au coeur de la République démocratique du Congo, de vives résonnances africaines.

C’est toute l’horreur de la guerre civile qui ravage cette population exsangue qui est ainsi dénoncée, de même que la folie dictatoriale de généraux aux mains couvertes de sang et l’implication insidieuse des puissances économiques étrangères et des multinationales.
Brett Bailey enfonce le clou mais évite toute grandiloquence. Un orchestre à cour, un choeur à jardin, une scénographie simple et efficace, aux motifs africains chamarrés. Les tableaux se succèdent, comme autant de vignettes naïves. Le regard rigoureux et critique de Brett Bailey démonte froidement toute la mécanique d’un pouvoir qui s’affole et sombre dans la folie la plus sanguinaire. Mais cette création ne serait pas aussi éclatante s’il n’y avait cette formidable adaptation du compositeur Fabrizio Cassol et cette troupe de chanteurs-acteurs exceptionnels. Tous engagés voix, corps et âmes, dans cette aventure sans concession. À commencer par le couple Macbeth. Leur rapacité et leur folie sont incarnées avec une vérité terrifiante. Leurs voix sont larges et puissantes, d’une expressivité qui vous souffle. Il faudrait les nommer tous. Car ce qui frappe, c’est bien la cohérence de l’ensemble, cette troupe qui, avec peu mais grand talent, fait corps et dénonce l’horreur des maux qui ravagent ce pays. À travers le couple de Macbeth, devenu le mythe de toute dictature par le regard acéré de Brett Bailey, c’est plus largement encore toute la question de l’Afrique assujettie à l’Occident, aux intérêts économiques et politiques, qui est posée.
- - - -
Spectacle en italien surtitré en français

Dans un spectacle rare et puissant, l’artiste sud-africain met en scène les combats fratricides du Congo. Un moment unique. 
LE FIGARO

Distribution/Production

Conception et mise en scène Brett Bailey Musique Fabrizio Cassol d’après Macbeth de Shakespeare et Verdi
Direction Premil Petrovic Lumière Felice Ross Chorégraphie Natalie Fisher Manager et producteur Barbara Mathers

Interprétation Owen Metsileng, Nobulumko Mngxekeza, Otto Maidi, Sandile Kamle, Jacqueline Manciya, Monde Masimini, Lunga Halam, Bulelani Madondile, Philisa Sibeko, Thomakazi Holland et les musiciens du No Borders Orchestra Stanko Madic, Jelena Dimitrijevic, Sasa Mirkovic, Dejan Bozic, Ilin-Dime Dimovski, Jasna Nadles, Aleksandar Tasic, Ivan Jotic, Nenad Markovic, Viktor Ilieski, Cherilee Adams, Dylan Tabisher

Production Third world bunfight Coproduction Kunstenfestivaldesarts / KVS (Bruxelles) / Wiener Festwochen (Vienne) / Theaterformen Festival (Braunschweig) / The Barbican (Londres) / La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée / Nouveau théâtre de Montreuil / Festival d’automne à Paris
Avec le soutien du Culture programme of the European Union | Third world bunfight est soutenu par The National lottery distribution trust fund of South Africa.
http://thirdworldbunfight.co.za/

Presse

Avec une intelligence sans faiblesse, Brett Bailey nous donne à lire l'histoire de l'Afrique contemporaine, par‐delà la trame de l'oeuvre. Dans un spectacle rare et puissant, l'artiste sud‐africain met en scène les combats fratricides du Congo. Dans les rôles des époux Macbeth, Owen Metsileng et Nobulumko Mngxekeza, sont parfaits. Ils donnent les moirures du chant et les nuances des personnages, de la sanglante férocité à la peur, de l'ivresse du pouvoir aux cauchemars qui les hantent jusqu'à la mort. Les trois sorcières sont des représentants des multinationales avides et, du choeur, viennent les autres personnages, tous excellents. Un moment unique.
LE FIGARO

Macbeth, transposition détonante de l’opéra de Verdi dans le Congo d’aujourd’hui.
LA CROIX

Tout cela est mené avec maestria par tous les protagonistes, avec une noire ironie, des scènes colorées comme un marché africain et un certain fatalisme. Un tableau à la fois sombre et haut en couleurs, où personne n’a le beau rôle à commencer par les occidentaux ex‐colonisateurs ou pas. Un tableau joliment chahuté par les acteurs chanteurs qui, complices de Brett Bailey, y jettent goulument la politesse de leur jovial humour. Noir évidemment.
RUE 89
1h30
  • Saison 16/17
TARIFS
PASS
Mar
04.
10
20:00
25,50/33
15/23
Mer
05.
10
20:00
25,50/33
15/23

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte