< > < >

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

©Simon Gosselin

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

©Simon Gosselin

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

©Simon Gosselin

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

©Simon Gosselin

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

©Simon Gosselin
Représentation - Opéra
24 Avr.
20:00 - 22:00
25 Avr.
20:00 - 22:00

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

Giuseppe Verdi - Florent Hubert / Benjamin Lazar

Présentation

En adaptant La Traviata, entre théâtre et musique revisités, le metteur en scène Benjamin Lazar enchante le plus célèbre des opéras de Verdi. Tous en scène sur un pied d’égalité, musiciens, comédiens et chanteurs respirent d’un même souffle pour nous toucher au plus profond.

Dans ce chef-d’oeuvre du répertoire lyrique inspiré par La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils, Violetta (La Traviata), alias Marguerite (La Dame aux camélias), alias Marie Duplessis, courtisane amoureuse d’un jeune homme de bonne famille, est contrainte de le quitter au nom de la respectabilité bourgeoise. De la passion au drame, tout concourt, sur le plateau, à l’exaltation de l’amour et de la mort. Un grand tulle végétal, aussi linceul à venir, flotte sur les personnages comme dans un mauvais rêve. Dans une ambiance de fête trop puissante pour durer, se mêlent théâtre et opéra, voix parlées et voix chantées. Violetta inhale un parfum entêtant de fleurs rares, d’alcools et d’argent prétendument inodores. Face à nous, elle aime, souffre, résiste et met à nu son envie effrontée de vivre.

Difficile de retenir ses larmes. FRANCE INFO

Ce à quoi nous avons assisté est de pure grâce, un moment magique, rare, où théâtre et musique – et humanité – empruntent le couloir ascendant d’un souffle unique. LE MONDE

Distribution/Production

D’après La Traviata de Giuseppe Verdi
Conception Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale Florent Hubert et Paul Escobar

Interprétation Florent Baffi, Safir Behloul, Jérôme Billy, Renaud Charles, Elise Chauvin, Axelle Ciofolo de Peretti, Myrtille Hetzel, Bruno Le Bris, Gabriel Levasseur, Sébastien Llado, Benjamin Locher, Marie Salvat, Juliette Séjourné

Opéra parlé en français, et chanté en italien surtitré en français

Chef de chant Alphonse Cemin Scénographie Adeline Caron Costumes Julia Brochier Lumières Maël Iger Maquillages et coiffures Mathilde Benmoussa Assistante à la mise en scène Juliette Séjourné Assistants à la scénographie Nicolas Brias et Fanny Commaret

Production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord Coproduction Théâtre de Caen / Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne, scène nationale de l’Oise en préfiguration / Le Parvis, scène nationale de Tarbes-Pyrénées / Le Théâtre, scène nationale Mâcon-Val de Saône / TANDEM scène nationale / Théâtre Forum Meyrin-Genève / Le Moulin du Roc, scène nationale de Niort / Théâtre de l’Incrédule / Cercle des partenaires des Bouffes du Nord / Action financée par la Région Île-de-France Avec le soutien de la SPEDIDAM et l’aide d’Arcadi Île-de-France Avec la participation artistique du Jeune théâtre national Construction des décors Ateliers du Moulin du Roc – scène nationale de Niort
Le Théâtre de l’Incrédule est soutenu par la Région Normandie

Presse

Recevoir ces airs sublimes d’aussi près bouleverse le public. Difficile de retenir ses larmes. 
FRANCE INFO

Ce à quoi nous avons assisté est de pure grâce, un moment magique, rare, où théâtre et musique – et humanité – empruntent le couloir ascendant d’un souffle unique.
L’espace de deux heures, Benjamin Lazar a fait de nous non plus des spectateurs jouisseurs et compassionnels mais bel et bien des amoureux blessés au point d’en mourir.
LE MONDE

Musiciens et acteurs-chanteurs se mêlent sur le plateau dans un délicieux et savant brassage de musique, de chants et de paroles. […] Jusqu’à l’essence même, Florent Hubert a réduit avec une infinie délicatesse la luxuriante musique de Verdi.
TELERAMA

Traviata, à couper le souffle.
E strano, certes. E gioia assurément.
LIBERATION

Tout le génie populaire de Verdi éclate au long de ces deux heures de pur bonheur, sa capacité à nous toucher au plus profond, avec simplicité.
Pas d’artifice, pas de vidéo […] : juste quelques accessoires, de la fumée, des tulles, et des vases en verre qui envahissent la scène, propageant leur verdure et leurs fleurs pâles et rouges annonciatrices de la mort, jusqu’à la scène finale, végétale, d’une beauté à pleurer. Un enchantement.
LE CANARD ENCHAINE
2h
  • Saison 18/19
TARIFS
PASS
Mer
24.
04
20:00
18/26€
10/17€
Jeu
25.
04
20:00
18/26€
10/17€

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte