< > < >

Emile Parisien quartet

©Julien Loutellier
Représentation - Jazz
27 Avr.
20:00 - 21:30

Emile Parisien quartet & Louis Sclavis

Double screening

Présentation

À la tête d’un quartet à l’imagination joyeusement débridée, le saxophoniste aux multiples récompenses, Émile Parisien, nous fait l’honneur de dévoiler à Quimper son tout nouveau répertoire, Double screening. Une belle surprise en perspective, que son ensemble partagera avec un prestigieux invité, le clarinettiste Louis Sclavis. Ça va souffler fort !

Il y a de la magie et du surnaturel dans la musique de ces quatre-là. Riffs entêtants, symphonies décapantes, leurs partitions virtuoses piochent tout autant dans le rock, le free que le classique, allant chercher l’inspiration du côté de Coltrane, Wagner ou Poulenc. « Prendre le jazz à contrepied, l’aimer et le servir d’autant mieux », tel est le credo de ce quartet inventif en diable.
Musicien virtuose, Louis Sclavis s'est imposé comme l’un des musiciens les plus créatifs de la scène jazz européenne. De Rameau à Duke Ellington, il s’aventure sur des territoires musicaux multiples et sans cesse renouvelés. Animé par un goût pour la fantaisie et la liberté de ton, c’est naturellement qu’il a accepté l’invitation du saxophoniste Emile Parisien.
À l’occasion de cette soirée, Émile Parisien et ses acolytes dévoilent leur tout nouveau répertoire, Double screening, avec comme toile de fond une réflexion amusée sur les dérives des nouvelles technologies de nos sociétés ultra-connectées. Une musique 2.0 dans laquelle la multiplication à outrance des dispositifs d’information et de communication sera transposée de manière sonore et totalement acoustique. Jeux de miroirs, illusions rythmiques et rencontres inattendues, cette exploration jazzistique nous promet un concert forcément jubilatoire !

Infos : Nous avons appris, le 9 février 2017, que le trompettiste Ambrose Akinmusire, invité initialement sur ce concert, suspend pour raison personnelle tous ses projets en Europe jusqu’à la fin de l’année.

Ne manquez pas l’occasion d’aller entendre ces quatre gaillards un poil farfelus en concert prochainement, car ils en valent véritablement le détour… FRANCE INTER

Distribution/Production

Saxophone Émile Parisien Contrebasse Ivan Gelugne Piano Julien Touery Batterie Julien Loutelier Clarinette Louis Sclavis

Production Théâtre de Cornouaille, scène nationale de Quimper - centre de création musicale En collaboration avec COLORE Avec le soutien de la SPEDIDAM

Presse

S'il joue, il n'a jamais la posture convenue des saxophonistes. Il cherche le son exact, le souffle, la colonne d'air, sans trafic : sur la pointe des pieds, comme peignait Picasso, plié vers le micro en style de grue, de héron, de flamand rose ou de musique à venir, et toujours il produit la différence. Le chorus qu'on n'attend pas. La joie du bal ou de l'expérience… Emile Parisien est la meilleure nouvelle du jazz européen depuis longtemps.
LE MONDE

Ne manquez pas l’occasion d’aller entendre ces quatre gaillards un poil farfelus en concert prochainement, car ils en valent véritablement le détour…
FRANCE INTER

Thèmes sans oeillères, énergiques en diable. Présence à soi et au son d’ensemble développant des idées agissantes. Ces quatre‐là sont habités de l’audace indispensable pour prendre le jazz à contrepied, l’aimer et le servir d’autant mieux. Revigorant ! Personne ne compose et ne joue comme ces quatre‐là ensemble, ils sont reconnaissables entre mille.
CITIZEN JAZZ

Charlie Mingus mais aussi Wagner ou Poulenc, au menu du singulier Emile Parisien Quartet, issu du collège jazz de Marciac. Les contes de fées n’existent pas, c’est bien connu… Il y a pourtant de la magie et du surnaturel dans la musique de ces quatre‐là. Quelque chose d’inexplicable dans le ciment qui les unit, depuis douze ans, sous ce pavillon de l’Emile Parisien Quartet. Tout est dans ce troisième mot : quartet. Car le saxophoniste à peine trentenaire n’est ni la locomotive, ni le cerveau, ni le leader, mais juste l’une des quatre pièces maîtresses d’une embardée jazz pas comme les autres, puisant aussi bien chez Mingus que chez Stravinski et perpétuellement portée à bout de bras par les vents pluriels, parfois contraires, de l’improvisation. Une improvisation qui s’applique à raconter, encore et toujours, des histoires folles, tristes ou drôles, incompréhensibles ou bouleversantes.
TELERAMA
1h30 (durée estimée)
  • Saison 16/17
TARIFS
PASS
Jeu
27.
04
20:00
18/26
10/17

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte