< > < >

Pauvreté, richesse, homme et bête

©Herve Bellamy

Pauvreté, richesse, homme et bête

©Herve Bellamy

Pauvreté, richesse, homme et bête

©Herve Bellamy

Pauvreté, richesse, homme et bête

©Herve Bellamy
Représentation - Théâtre
24 Mar.
20:00 - 23:00

Pauvreté, richesse, homme et bête

Hans Henny Jahnn / Pascal Kirsch / Collectif 2 Plus

Présentation

Tragédie rurale norvégienne, écrite en 1933 par l’allemand Hans Henny Jahnn, Pauvreté, richesse, homme et bête nous conte des histoires croisées d’amour et de rivalités paysannes, de mythes et de légendes du Grand Nord, sur fond de fjords glacés. Cette pièce en douze tableaux déploie sa magie au rythme ample et prenant d’une vraie saga nordique.

Manao Vinje exploite une ferme dans une région montagneuse à l’ouest de la Norvège. Pendant l’hiver, sa maison est coupée du reste du monde. De là sans doute son goût pour la solitude acquis depuis l’enfance et l’habitude de vivre dans une réalité imprégnée par le mythe, où l’on converse avec les trolls et les morts. Et où l’on dit que sa jument Falada est envoûtée par une jeune fille. À la mort de son père, Manao doit affronter le monde et surtout prendre femme. Il jette son dévolu sur Sofia, pauvre bergère du village. Mais c’est compter sans Anna Fröning, une riche fermière, qui estime que Manao lui revient de droit.
Pauvreté, richesse, homme et bête tient à la fois du théâtre et du roman d’apprentissage. Dans le décor épuré composé de maquettes enneigées disposées sur de grandes tables mobiles, redessinant en permanence l’espace, un charme envoûtant opère. Noyés dans un clair-obscur ou pris dans un halo de lumière, les tableaux s’enchaînent dans un mouvement continu d’une puissance à couper le souffle. La mise en scène de Pascal Kirsch, imprégnée tout à la fois de réalisme cru et d’onirisme légendaire, restitue avec beaucoup de talent l’atmosphère âpre et sensuelle, mais aussi la magie troublante de cette saga prenante. Rarement une troupe aura su faire entendre avec une telle intensité un texte aussi riche.

Pascal Kirsch et ses comédiens donnent vie à cet univers d’une rare densité, irrigué par le feu du désir, restituant une atmosphère qui tient aussi bien du conte que de la tragédie grecque ou du western. LIBÉRATION

Distribution/Production

Texte de Hans Henny Jahnn Traduction Huguette Duvoisin et René Radrizzani Mise en scène Pascal Kirsch Musique Makoto Sato et Richard Comte
Interprétation Julien Bouquet, Mattias de Gail, Raphaëlle Gitlis, Vincent Guédon, Loïc Le Roux, Marina Keltchewsky, Élios Noël, Florence Valéro et François Tizon
Scénographie et costumes Marguerite Bordat assistée d'Anaïs Heureaux Stagiaires scénographie et costumes Laure Mirroir et Juline Darde Gervais Stagiaire régie plateau Domitille Martin Lumières Pascal Villmen assisté de Léandre Gans Vidéo réalisation montage Sophie Laloy Image étalonnage Mathieu Kaufmann Production diffusion Marie Nicolini Remerciements Camilla Saraceni, Véronique Timsit, Jean-Pierre Baro, Collectif Les 4 chemins, Vadim

Production Collectif 2 Plus, Studio-Théâtre de Vitry Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, d’Arcadi Île-de-France, de la SPEDIDAM, du Théâtre national de Bretagne, de La Commune d'Aubervilliers, Centre dramatique national. Ce spectacle bénéficie du soutien de la Charte d'aide à la diffusion signée par Arcadi Ile-de-France, l'OARA, l'ODIA Normandie, Réseau en scène Languedoc-Roussillon, Spectacle vivant en Bretagne et l'Onda.Coréalisation l’Echangeur - Cie Public Chéri
L’Arche est agent théâtral du texte représenté www.arche-editeur.com.

Presse

Pascal Kirsch et ses comédiens donnent vie à cet univers d’une rare densité, irrigué par le feu du désir, restituant une atmosphère qui tient aussi bien du conte que de la tragédie grecque ou du western. 
LIBÉRATION

Une soirée magique. Un auteur rare, Hans Henny Jahnn, dont on découvre une pièce Pauvreté, richesse, homme et bête (quel titre !) jamais montée sur une scène française. Pascal Kirsch déploie, à travers sa rencontre avec cette pièce, un talent démoniaque. Des acteurs que, pour certains, on découvre, ébahi. On sort de ce voyage âpre et amoureux au nord de la Norvège des fermes, des fjords et des trolls comme habité de sombre beauté.
MEDIAPART

On est dans un monde noir, onirique et magique, comme le plateau du théâtre, où des halos de lumières, tels ceux de bougies, éclairent les comédiens, et où apparaissent des visions, comme celle, obsédante, de la jument blanche. Au‐dessus, il y a un ciel étoilé : celui de la langue de Jahnn, cruelle et radicale, organique et érotique. Magnifique.
LE MONDE

En faisant découvrir ce texte, Pascal Kirsch fait acte de justice. Mais pas seulement. Il se révèle l’un des hommes de théâtre les plus fins, les plus justes. Rarement, un metteur en scène aura su faire entendre avec une telle intensité, une telle pureté un texte aussi riche, aussi dense, aussi complexe. Alternant, dans une fidélité parfaite à Hans Henny Jahnn, les moments de théâtre et ceux du récit, il entraîne avec une évidence stupéfiante les spectateurs dans les arcanes de cette oeuvre tenant du conte, des mythes et légendes du Grand Nord, du poème épique.
LA CROIX

Quel beau titre ! Énigmatique et puissant… Telle est aussi cette pièce jouée pour la première fois en France, une pièce qui date de 1933, écrite par un auteur allemand peu connu ici, Hans Henny Jahnn, qu’on rêve, une fois sorti des trois heures émerveillantes de ce spectacle, d’approcher de plus près.
LE CANARD ENCHAÎNÉ
2h50
  • Saison 16/17
TARIFS
PASS
Ven
24.
03
20:00
18/26
10/17

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte