< > < >

Une des dernières soirées de carnaval

©Brigitte Enguerand

Une des dernières soirées de carnaval - Carlo Goldoni / Clément Hervieu-Léger

Une des dernières soirées de carnaval

©Brigitte Enguerand

Une des dernières soirées de carnaval

©Brigitte Enguerand

Une des dernières soirées de carnaval - Vincent Léandri en parle

Représentation - Théâtre
20 Avr.
20:00 - 22:10
21 Avr.
20:00 - 22:10
22 Avr.
20:00 - 22:10

Une des dernières soirées de Carnaval

Carlo Goldoni / Clément Hervieu-Léger

Présentation

Quand Goldoni fait tomber le masque de l’amour ! Beauté des costumes, subtilité des sentiments, intelligence du texte et naturel des interprètes, tout concourt à faire de cette comédie, mise en scène par Clément Hervieu-Léger de la Comédie-Française, un des plus délicieux moments que l’on puisse passer au théâtre.

Nous sommes à Venise, en 1762. Grâce et délicatesse accompagnent, deux heures durant, la mise en scène par Clément Hervieu Léger de cette pièce méconnue de Goldoni. Dans une soirée qui passe comme un rêve, difficile de dire qui du texte, des acteurs, de leur gestuelle est le plus séduisant.
Chez le tisserand Zamaria, des amis se réunissent à la fin du Carnaval. L’un d’eux, Anzoletto, doit bientôt quitter la ville pour Moscou, où il est invité à travailler. Des conversations, des affaires, des amours, une partie de cartes, de la musique et des rires, un dîner convivial… la vie en somme, qui se déroule sous nos yeux avec un charme infini. Écrite par Goldoni alors qu’il s’apprêtait lui-même à quitter Venise pour Paris, cette Dernière soirée est un régal. L’espace d’une représentation, chacun tombe le masque et l’on se sent infiniment proche de cette micro-société réunie sur scène, avec qui l’on partage bien plus qu’une soirée.
 
Tout est finesse, précision, humour dans la gestuelle et le phrasé des quinze comédiens. Le bal final est un enchantement. LES ECHOS

Distribution/Production

De Carlo Goldoni
Texte français de Myriam Tanant et Jean-Claude Penchenat (Actes Sud-Papiers)
Mise en scène Clément Hervieu-Léger

Interprétation Aymeline Alix, Erwin Aros, Louis Berthélémy, Clémence Boué Jean-Noël Brouté, Adeline Chagneau, Marie Druc, Charlotte Dumartheray, M’hamed El Menjra, Stéphane Facco, Juliette Léger, Jeremy Lewin, Clémence Prioux, Guillaume Ravoire, Daniel San Pedro

Décor Aurélie Maestre Costumes Caroline de Vivaise Lumières Bertrand Couderc Chorégraphies Bruno Bouché Maquillages et coiffures David Carvalho Nunes Réalisation sonore Jean-Luc Ristord Conseil musical Erwin Aros Collaboratrice artistique à la mise en scène Elsa Hamnane

Production CICT - Théâtre des Bouffes du Nord
Coproduction Théâtre de Carouge, Suisse / Compagnie des Petits Champs / Théâtre de Caen / La Coursive, scène nationale de La Rochelle / Scène Nationale d’Albi / Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne / Scène Nationale du Sud-Aquitain / Théâtre de Suresnes, Jean Vilar / Le Grand R, Scène nationale de La Roche-sur-Yon / Le Cercle des partenaires des Bouffes du Nord
La Compagnie des Petits Champs est conventionnée par la DRAC Normandie - Ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien du Département de l’Eure et de la Région Normandie
Avec le soutien de la Spedidam
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Presse

Clément Hervieu‐Léger orchestre avec grâce Une des dernières soirées de Carnaval, ultime pièce écrite par Carlo Goldoni avant son départ pour Paris. Des adieux à Venise en forme d'ode au théâtre, colorée, drôle et mélancolique, portée par une troupe homogène et virtuose.
Tout est finesse, précision, humour dans la gestuelle et le phrasé des quinze comédiens. Le bal final est un enchantement.
LES ECHOS

Subtile et précise, la mise en scène par Clément Hervieu‐Léger de l’ultime pièce italienne du dramaturge avant son exil à Paris ravit par son esprit de troupe.
LIBÉRATION

À mi‐chemin entre Molière et Tchekhov, le metteur en scène livre une version enlevée de cette pièce méconnue de Goldoni, et prouve qu’il est bel et bien un homme de troupe.
Les deux pieds ancrés dans le XVIIIe siècle, il a fait le choix des costumes, de la musique et des danses d’époque qui auraient pu rendre le tout un brin poussiéreux. Au contraire, par contraste, le jeu n’en paraît que plus moderne, car c’est bien là que le metteur en scène, en bon élève de Patrice Chéreau, est allé dénicher la contemporanéité. Aussi, il semble avoir bien compris que Goldoni avait réussi ce que Tchekhov, un siècle plus tard, rêvera d’accomplir : imprimer une marque comique à une situation mélancoliconostalgique. Au fil des paroles piquantes des uns et des autres, on rit, beaucoup, sans oublier qu’il est question d’un grand départ – à Moscou, destination rêvée des Trois Soeurs, tiens donc – qui déchire le coeur de ceux qui restent, mais aussi de celui qui part. Sous les sublimes lumières de Bertrand Couderc, au rythme de la baguette de Clément Hervieu‐Leger, Molière et Tchekhov peuvent alors s’unir et donner lieu à une dernière, mais brillante, soirée de Carnaval.
SCENEWEB
2h10
  • Saison 20-21
TARIFS
PASS
Mar
20.
04
20:00
25,50/33
15/23
Mer
21.
04
20:00
25,50/33
15/23
Jeu
22.
04
20:00
25,50/33
15/23
Vincent Léandri en parle

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte