< > < >

LE CRI DU CAIRE - La Voix est Libre 2017

Le Crid du Caire

©nabil boutros

Erik Truffaz

©yuji watanabe
Représentation - Musiques du monde - Jazz
10 Déc.
20:00 - 21:15

Le Cri du Caire + Erik Truffaz

Présentation

Accompagné par la trompette aventureuse d’Erik Truffaz, le poète soufi Abdullah Miniawy chante l’urgence, l’amour et la rage d’une jeunesse égyptienne éprise de liberté et de justice.

Aux envolées d’Erik Truffaz, au souffle continu du saxophoniste Peter Corser, aux cordes « barocks » du violoncelle de Karsten Hochapfel, répond la voix ensorcelante d’Abdullah Miniawy. Le jeune homme, porte-voix de la révolte égyptienne en 2011, fait tourner les têtes. Son chant soufi, murmuré ou clamé sur un tapis de boucles hypnotiques, conduit vers la transe dans un voyage mystique. Spiritualité et liberté s’accordent dans un même désir d’invention et de partage pour porter les espoirs des peuples aux voix muselées face aux oppressions politiques, sociales et religieuses. Entre rock, poésie soufie, jazz, spoken word et volutes orientales, Le Cri du Caire invente un univers d’une grande puissance métaphorique, une musique métissée qui transcende les racines et les frontières.

Avec Le Cri du Caire, le slameur Abdullah Miniawy veut toucher les coeurs sensibles. TÉLÉRAMA

Distribution/Production

Chant, textes, composition Abdullah Miniawy
Saxophone, clarinette, composition Peter Corser
Violoncelle Karsten Hochapfel
Trompette Erik Truffaz
Production artistique Blaise Merlin Administration / production L’Onde & Cybèle Son Anne Laurin
-
Le Cri du Caire est une création originale La Voix est Libre produite par L’Onde & Cybèle
Coproduction Bonlieu, scène nationale Annecy / Maison de la Culture de Bourges, scène nationale, centre de création / Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique / Théâtre 71, scène nationale Malakoff / FGO Barbara Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, de l’ADAMI et de l’ARCADI Avec l’aide de l’Institut du Monde Arabe

Presse

Avec Le Cri du Caire, le slameur Abdullah Miniawy veut toucher les coeurs sensibles. 
Par la voix tripale du poète et slameur égyptien Abdullah Miniawy, c’est toute la jeunesse cairote qui sanglote, tempête et hurle sa rage libertaire, entre psalmodies soufies et rap tellurique : une rencontre choc et poignante.
TÉLÉRAMA

Le Cri du Caire outrepasse les questions de frontières et brise les œillères, pour pointer entre les lignes des enjeux du monde actuel. Ceux d’un enfant, grandi dans la solitude en Arabie Saoudite avant de s’ouvrir au monde via Internet, ceux d’un jeune adulte qui creusa le sillon de sa différence entre l’érudition poétique des psalmodieurs du Coran et l’énergie tellurique des rappeurs, ceux d’un écrivain qui milite avec les armes de la rhétorique pour faire surgir d’autres relations entre tous, entre ici et là-bas. Ce monde dont nous parle à sa manière toute singulière Abdullah Miniawy – mots doux, phrasés tranchants dans le vif du sujet –, c’est tout autant le nôtre. À bon entendeur viendra le salut !
LA TERRASSE

Pour vous aider à vous représenter la scène, essayez de vous imaginer que le jeune Abdullah Miniawy a la même coupe de cheveux que Georges Perec et que sa gestuelle très intense - il se tourne, se retourne, fait de grands grands yeux, serre les poings ou libère ses mains avec de brefs mouvements épileptiques - s’accommode très bien des nombreuses et habiles ruptures de sa diction : il déclame tantôt ses poèmes sur le ton du murmure ou d’une très impressionnante voix de muezzin.
RADIO NOVA
1h10
  • Saison 19/20
TARIFS
PASS
Mar
10.
12
20:00
18/26
10/17

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée et réaliser des statistiques d'audience du site. En savoir plus

J'accepte